Feeds


Faut-il loger ses SCPI dans une Assurance-vie ?

Avec un rendement de près de 4 % par an en moyenne, les SCPI, sociétés civiles de placement immobilier, sont devenues en quelques années le placement chouchou des Français. De quoi donner des idées aux épargnants pour booster leur contrat d’Assurance Vie.

Les SCPI, sociétés civiles de placement immobilier, sont devenues en quelques années le placement chouchou des Français. Il faut dire qu’elles permettent de se constituer un patrimoine immobilier et des revenus complémentaires pour financer des projets futurs comme les études de ses enfants ou sa retraite. Elles offrent surtout un accès simple et sécurisé au dynamique marché immobilier professionnel (bureaux, commerces, hôtels, etc.). Avec un rendement de près de 4 % par an en moyenne. De quoi donner des idées aux épargnants pour booster leur contrat d’Assurance Vie. Car les parts de SCPI peuvent être logées dans un contrat d’Assurance vie.

Loger des SCPI dans l’assurance-vie

Elles constituent, au sein des contrats d’assurance vie multisupports une opportunité intéressante pour diversifier votre capital. Vous dopez ainsi les performances de votre contrat tout en bénéficiant de la fiscalité très avantageuse de l’assurance vie et en vous garantissant une liquidité rassurante. Mais attention, le choix de SCPI dans ce cadre est plus limité, et les frais annuels sont plus lourds que pour un achat en direct.

Car concrètement, vous n’allez pas directement titulaire d’une part de la SCPI mais d’une unité de compte qui reflète l’évolution des parts, sur laquelle l’assureur va se rémunérer dans le cadre des frais liés au contrat.

Les coûts de l’assurance vie pèsent sur le rendement des SCPI

Sachez que du coup, dans le cadre d’un contrat d’assurance vie, une SCPI délivrera environ 1 % de rendement de moins qu’en direct. Par ailleurs, l’épargnant ne touche pas les loyers et ne doit donc pas s’acquitter de revenus fonciers. En contrepartie, l’investisseur va obtenir les bénéfices fiscaux de l’assurance vie, à savoir une fiscalité qui s’applique seulement sur les retraits et réduite après huit ans. Mais le plus gros avantage de la SCPI logée dans une Assurance Vie est la liquidité. Car dans le cadre de l’assurance-vie, c’est l’assureur qui assure la liquidité, à savoir la revente des parts dans un délai d’un à deux mois. Et ce quelles que soient les conditions de marchés. Plutôt intéressant en période de crise.

Une bombe à retardement pour les assureurs ?

En cas de crise sanitaire et économique prolongée, ce dispositif pourrait coûter cher aux assureurs. Car selon une analyse réalisée par l’ASPIM, association qui assure la représentation des intérêts économiques et financiers de ses adhérents et des Fonds d’investissement Alternatifs en Immobilier (FIAI), sur la base de données des assureurs, les parts de SCPI et d’OPCI (Organisme de Placement Collectif Immobilier) détenues par les compagnies d’assurance représentaient 26 % de la capitalisation totale du marché (données à fin 2018). Les compagnies d’assurances détiendraient 16 % de la capitalisation totale de SCPI et 31 % de l’actif brut de OPCI et OPPCI (version professionnelle de l’OPCI). Entre 2010 et 2018 le poids de l’immobilier dans les unités de compte a été multiplié par 4 (pour atteindre 7,4 % en 2018). Les OPCI et SCPI ont fortement bénéficié de cette croissance, ils représentaient 65 % des supports d’unité de compte immobilière fin 2018.