Feeds


Semaine de l’épargne salariale : La placement qui a le vent en poupe

A l’occasion de la semaine de l’épargne salariale, l’AFG indique que la collecte nette sur les produits d’épargne salariale est positive sur l’année 2018 et s’affiche à 1,5 milliard d’euros ce qui constitue un niveau record depuis 2011.

324 000 entreprises proposent désormais un PEE (Plan d’épargne entreprise) à leurs salariés, complété par un Perco (Plan d’épargne retraite collectif) pour 217 000 d’entre elles. Pour un encours total de près de 125,5 milliards d’euros et près de 11 millions de bénéficiaires.

Il faut dire que l’épargne salariale ne manque pas d’atouts. Elle permet aux salariés d’épargner à des conditions fiscales attractives, tout en bénéficiant d’abondements de la part de l’entreprise. Chaque épargnant a le choix entre différents profils plus ou moins risqués.

Comme tous les autres placements, l’épargne salariale sous forme de PEE (Plan d’épargne entreprise) ou de PERCO (Plan d’épargne retraite collectif) engendre des frais, mais ceux-ci sont généralement à la charge des employeurs. Attention cependant, si vous partez de l’entreprise et conservez votre plan, ce sera à vous qu’il incombera de payer ces éventuels frais.

Les sommes versées par l’employeur (abondement, intéressement, participation) sont bloquées 5 ans mais elles sont exonérées d’impôts et supportent des charges sociales allégées : 20 % maximum de charges sociales patronales contre 45 % sur les salaires, 8 % de charges sociales salariales contre plus de 20 % sur les salaires. L’argent que vous versez est souvent abondé par l’employeur jusqu’à 300 % de vos versements, dans la limite de 3 241,90 euros en 2019. De nombreux cas de déblocages (mariage, achat d’une résidence, etc.) permettent de sortir sans impôts. En 2018, les salariés ont utilisé leur épargne pour financer leurs projets, notamment pour acquérir leur résidence principale. Ce cas de déblocage a concerné 161 000 foyers pour un apport personnel moyen de 11 900 euros.

Preuve que les salariés et les entreprises appréhendent de mieux en mieux l’épargne salariale, les salariés investissent de plus en plus dans leurs dispositifs d’épargne salariale et retraite par le biais de versements volontaires, en hausse de 9 % cette année. Alors que les Français boudent la bourse, il faut noter que l’épargne salariale est majoritairement investie en actions notamment grâce à l’actionnariat salarié, et cette tendance se renforce grâce au développement du PERCO et de la gestion pilotée.

Et l’avenir de ces produits d’épargne semble radieux. D’abord parce que la suppression du forfait social dans les TPE/PME depuis le 1er janvier 2019 va permettre d’accélérer le développement de l’épargne salariale et du partage de la valeur avec les salariés dans les entreprises de moins de 250 salariés.

Ensuite parce que le projet de loi PACTE actuellement en discussion doit contribuer à renforcer l’attractivité des produits d’épargne retraite en harmonisant les différents produits d’épargne retraite et surtout en donnant le choix aux salariés de sortir en rente ou en capital, et en leur permettant de transférer leur épargne entre les différents produits.